admin/ août 2, 2019/ Non classé/ 0 comments

En tant de guerre violer fait partie du jeu explicite….Les soldats, les mercenaires, pient et violent, peu importe pourquoi et peu importe la couleur de leurs drapeaux et peaux…

Dans le civile…le viol est quotidien…un jeu implicite…les prédateurs sont des reproducteurs..certains des innovateurs…ils continuent..ou réveillent…ils ont vu faire…y a des scénarios pré construits dans la pornographie entre autres même s’ils n’ont pas attendu pornhub pour ça…le viol en tant de guerre ou de paix génère un traumatisme grave ayant des conséquences soit irréversibles ..la mort…soit une survivance problématique..quoi qu’il en soit y a un avant et un après

C’est le traumatisme le plus méconnu puisque le moins étudié et l’un des plus grave..d’après mes recherches, un viol génère autant de stress post traumatique qu’une guerre…les victimes sont impactées avec autant d’intensité…les séquelles sont jusqu’à cérébrales…

…..

Le viol…le tabou ..un tabou, un authentique idéal-type de cette notion de tabou…Les vérités sont sanguines…la boîte de pandore implose et tout explose… Ne serait-ce pas encore du factuel au service de l’idée selon laquelle « ceci est un bizutage massif collectif »( cf Boris Cyrulnik)…Les viols et violences dites sexuelles sont avant tout intra ( intra-familiale, intra-communautaire, intra-muros) ce qui révèle que la proximité est un facteur…ils s’attaquent aux proches..en premier…mesurer le degré de vulnérabilité de la proximité …La promiscuité est mère et soeur du vice…et pourtant …beaucoup n’ont même pas conscience..même pas notion de…pour cause…Une grande partie du mundi est soit dans le déni soit dans le mépris du phénomène..soit les deux…Absence de lois ..Non application des droits…Relativisme complaisant…

Des Fims censurés ..posant des soucis d’ordre éthique…ça dérange…la scène du viol est à gerber…très réaliste..c’est qu’un viol..ça peut durer ………..longtemps………………
Virginie Despentes traite la thématique avec un regard nouveau…elle innove..elle ouvre une voie….elle montre de prés ce que personne ne veut voir et puis elle venge elle tue elle détruit sur son passage…des femmes qui se révoltent et vont au bout….y a les prémisses de la king kong woman…

Le traitement différencié, la domination masculine, les violences patriarcales normées, et toute cette « violence symbolique » dans tout et partout…déposséder de son entière humanité, de son libre-arbitre…Le passage du sujet à l’objet du genre féminin est facilité par la société patriarco-productive puisqu’elle est un fondamental du socle et une partie essentielle du rouage….une pièce principale du moteur…

La première plus value s’est faite sur la force de travail du genre féminin La gratuité de son travail renforce la force du capital, détenu de manière exclusive, par le sommet de la pyramide des dominations

…..

Les paroles des femmes violées affolent…personne n’est épargnée..Du patron au papa en passant par le petit ami….holà….c’est que tout l’monde est gradé dans l’ordre patriarcal …avoir de l’autorité c’est potentiellement être en position d’en abuser…et bien il s’avère qu’ils abusent! de leurs autorités et pouvoirs ..des récurrences, des ressemblances, des modes opératoires similaires…La marchandisation du corps féminin est une valeure sûre, premier objet utilisé dans la communication dernier sujet concerté pour la décision…Cet état de fait génère un terrain à…un terreau au passage à l’acte… dépossédée de sa première et exclusive propriété, son corps…

La femme est amputée d’une partie de son libre-arbitre

La gestion de son corps se fait sans son accord son adhésion est le produit d’un calcul matrimonial, un phénomène de soumission à un ordre émanant de manière implicite (la pudeur, la honte) et explicite(la police des moeurs) de l’ordre du patriarche.

« La servitude volontaire » reste le concept universel explicatif ..La Boétie…

S.H
Je suis mon propre tyran….j’écoute Barrington…
J’sais pas quel son ..mettre pour accompagner l’entretien d’une survivante de viols…elle m’a scotché…c’est surréaliste…Le niveau de résilience de cette femme…Ni misérabiliste ni haineuse…mais ..tu sens…à sa rhétorique…son physique…sa posture…un être..différent…une femme-génie…je n’ai jamais rencontré une femme comme elle….

Faire du viol un fait isolé et rare c’est participer à euphémiser le phénomène. En le diminuant, on l’efface et le range au rang d’un crime de seconde zone..ce qui va dans le sens du mode de penser dominant. L’habitus dominant cadre le conscient collectif partagé par le plus grand nombre…un mode de penser qui va systématiquement isoler les victimes et en faire des cas particuliers…l’expression très violente de  » c’est une victime » démontre le mépris que cela suscite..le mépris envers les victimes…récemment j’ai été prise de partie dans une affaire de moeurs, j’ai été effaré de voir le nombre de femmes ayant trouver des justifications au fait…c’est que la compassion s’est éprise du bourreau …

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*