admin/ décembre 15, 2018/ Non classé/ 0 comments

Lorsque la politique malthusienne rencontre la préférence mâle, ça peut donner une politique de natalité morbide…La politique de »L’enfant unique » en Chine a appliqué de manière manichéenne et systémique une stratégie de sélection répondant à une double prérogative. La première émanée d’une volonté moderne de gestion et contrôle de la natalité, population galopante, sur-population: ralentir la cadence était une priorité. La seconde prérogative d’ordre sociale et culturelle basée sur la préférence du garçon a enclenché « un fémicide multiforme« . L’enfant unique ne devait être qu’un garçon, « force innée et valeur dominante » des sociétés patriarcales, les us et coutumes sélectionnent selon ses caractéristiques.

De la sélection des fœtus selon leur appartenance sexuée aux infanticides clairement établis, toutes les stratégies sont ficelées et liguées pour fabriquer une société de mâles dominants répondant au fantasme de productivité, valeur centrale dans la pensée néo libérale et patriarcale. Le féminicide peut commencer avant la naissance et accompagne tout le processus de construction des sociétés, un féminicide qui fait institution puisqu’il fait partie intégrante d’un modèle de société de par sa position d’élément fédérateur: un paradigme structuré et structurant. La puissance masculine passe par l’impuissance féminine, cette dichotomie marque les genre des attributs Passif/Actif: un fondement du mode sociétal. Exacerbée dans certaines contrées, décorée d’ euphémismes dans d’autres, la scission est visible partout.

La dot en Inde est par excellence un symbole de l’aliénation des mœurs. Elle génère de nombreuses problématiques qui s’avèrent régulièrement fatidiques pour les filles. Source d’un éventail de féminicides possibles et plausibles: à la naissance, lors des transactions maritales, matrimoniales, lors des ruptures, des conflits conjugaux et familiaux, la dot en Inde est une affaire féminicidaire continue, les chiffres relatent un phénomène de masse; touchant une grande partie de la société.

Lorsque les mœurs sont des aliénations partagées et héritées il est complexe de les changer: des infrastructures de gros chantiers dans le B.T.P seraient nécessaires.

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*